Toto Guillaume : le Maître et le Mystère

Toto Guillaume : le Capitaine

"Musiciens / Groupes, nowplaying", by: - avril 3

Details

L’album “Makossa Digital” de Toto Guillaume sort en 1983.
La douce lumière d’une lampe-tempête à consommation astucieuse, résistante aux intempéries de la vie, éclaire un mur de partitions et le visage du sujet qui la tient précieusement entre ses mains. ‘Paï a Nyambé’ : La lumière de Dieu nous guide.

Nous sommes dans les années 80, l’informatique révolutionne les techniques d’enregistrement dans les studios parisiens, Toto Guillaume nous livre un aperçu de l’immense chemin parcouru, depuis ses débuts à Douala (Cameroun) avec les Blaks styls, jusqu’à la perfection sonore et instrumentale du studio Johanna.

“Soul Makossa”, le tube planétaire de Manu Dibango à inscrit le mot Makossa dans le dictionnaire des musiques du monde. Francis Bebey, Eboa Lotin, Charles Ewandjè, Ekambi Brillant, y ont aussi contribué.

Mais il est impossible de parler de Makossa sans mentionner le nom de Toto Guillaume, personnage clé dans le développement de ce genre musicale, tantôt comme guitariste, compositeur, arrangeur ou producteur, son nom est fort lié à quatre décennies d’histoire du Makossa.

Toguy naît à Douala, la capitale économique du Cameroun dans les années 50.
La vie n’est pas facile. Sa mère, Emènè Marie souffre de schizophrénie.
A une époque où les psychiatres ne courraient pas les rues au Cameroun, d’aucuns ont vite fait de la qualifier de «folle ». Le jeune Toguy impuissant à pouvoir soulager l’être qu’il chérissait le plus au monde, écrit une de ses première chansons dans laquelle il exprime l’immensité de son amour pour sa mère.
Incapable de chanter son amour et sa douleur, il laisse le soin à Nkotty François de le faire.

Toguy (son surnom) est toujours resté un mystère même pour ses fans les plus assidus.
Il ne parle jamais aux médias et mis à part un clip de sa chanson à succès “Dibena” sur CRTV datant de 1985, on ne trouvera presque rien sur l’homme sur internet avant une salutaire re-apparition sur scène au Canada en… 2015 !

La discrétion légendaire de l’homme vient de loin. Selon le chanteur Dina Bell, un de ses amis d’enfance, au début des années 1970, Guillaume Toto Nkake était déjà un garçon insaisissable:
“Il vivait avec nous à l’époque du Black Styl, je l’accompagnais souvent au bar Davoum où le groupe jouait, il n’aimait pas sortir après avoir joué, il était beaucoup plus calme que moi.”

Même au plus fort de sa notoriété, en empilant les tubes avec le groupe Black Styl (https://www.discogs.com/fr/artist/2159733-Les-Black-Styl) ou en solo (“Dibena”, “Nguila Nyama”, “Isokoloko”, “O si banga mba “, “Elimbi na ngomo”, “Na sengi miango”) Toto Guillaume n’est pas du genre à se mettre au premier plan, aucune trace d’interview dans la presse des années 1970 et 1980.

Toto Guillaume a commencé à jouer de la guitare dans plusieurs groupes scolaires avant de rejoindre le légendaire Black Styl en 1972.

L’année suivante il écrit au label SonoDisc à Paris, qui lui répond positivement et à la fin de 1973 ils enregistrent huit chansons.

Le label choisit les chansons «Na bolone ndol a ngo» («Francoise»), écrite par Toto Guillaume et «Ndutu», une chanson de Nkotti François qui apparaitront sur le premier 45 tours des Black Styl.

(version 1973)

(version 1977)

Au cours des années qui ont suivi, Toto Guillaume va s’affirmer comme l’une des figures clés du succès de Makossa dans les années 80. Avec le bassiste Aladji Touré, et quelques requins des studios parisiens, dont les futurs KASSAV Jean-Claude Naimro, Claume Vamur et Jacob Desvarieux, Toto Guillaume va devenir le «capitaine» de la fameuse équipe nationale» de Makossa qui arrangera et produira la quasi totalité des succès de Makossa entre 77 et fin des année 80.

Dina Bell, Joe Mboule, Jacky Ndoumbe et Pierre de Moussy, Douleur, Jr. Nelson, Charly Nelle et Jean Claude Mbimbe etc.. tous doivent à Toto Guillaume d’avoir structuré et produit leurs succès.

Pour s’en convaincre, il suffit de se procurer au hasard un vinyl de Makossa de cette époque et de lire les crédits au verso de la pochette.

Au début des années 90, avec l’explosion de la piraterie en Afrique et Puis ce fut la longue traversée du desert, jusqu’à l’été 2015 où Toguy est ré-apparu sur scène au Canada.

DISCOGRAPHIE

share the love...Tweet about this on TwitterShare on FacebookPin on Pinterest

Tags