17 chansons pour 2017 : la sélection de Cyrille Bonin, directeur du Transbordeur

share the love...Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedInShare on TumblrEmail this to someone

2016 va nous quitter. Tant mieux !
Pour assurer la transition en douceur vaers 2017, les curateurs et auditeurs de radioshic ont sélectionné 17 chansons qui vont vous permettre d’aborder 2017 avec souplesse.

Voici la sélection de CYRILLE BONIN, directeur du Transbordeur, mythique salle de concert depuis plus de 25 ans.

17 ) ANDREW WEATHERALL ”Frankfurt advice”
Dub chelou vs Madchester vs Les brumes londoniennes. L’anglais surexpérimenté (producteur, dj, fan de littérature ouvrière anglaise, dandy) sort deux albums impecs cette année (“Convenanza” avec une récente version remixe assez top où on retrouve la crème du moment (Red Axes et cie)) et ce titre n’est pas sans rappeler sa grande époque Warp de Sabres of Paradise (tip top) avec un point de détail, c’est que le dub (au sens large) , n’a jamais été aussi gros pour la jeunesse 2016 fan de musique, au regard du nombre de dates et de leurs fréquentations à Transbo.

16 ) THE COMET IS COMING ”The journey through the asteroid belt”
Hop, du jazz 2016. Pas rétro pour un sou, encore des anglais (Londres, tiens comme c’est bizarre…), évidemment érudits (genre leur oncle jouait dans King Crimson et leur mère écoutait le Clash) et ce morceau instrumental, spacey à souhait aurait pu sonner comme un truc de babloche sf, mais non, on est plutôt dans l’instrumental cinématique qui au final peut plaire au plus grand nombre. En plus, sur scène, c’est pas des manches. Voilà.

15 ) NOT WAVING ” I know i k’ow i k’ow”

Bon, il est 8h30 du mat un samedi matin : 2 solutions : vous êtes heureux, donc vous venez d’embrasser la personne qui partage votre lit, vous vous faites un jus d’orange frais, et puis merde, vous vous dites que c’est bien chiant tout ça. Vous êtes malheureux, vous rentrez en titubant, épuisé d’une nuit sans sommeil (une de plus) qui évidemment ne sert à rien et vous conduit plus rapidement vers la mort et LE NÉANT POUR L’ÈTERNITÉ. Dans les 2 cas, cette “chanson” du mystérieux Not waving en sera la parfaite bande-son.

14 ) MOOR MOTHER ”deadbeat protest”

La ça rigole pas du tout, et ça s’écoute ULTRA FORT !!!!! : du hip-hop industriel, noisy et core de très très haut niveau. Le mec est de Philadelphie, son label du New Jersey, l’album cauchemardesque ”Fetish bones” est un must de l’année (enfin pour moi). Et ce titre (on sent bien que ça dénonce) est super stressant et me semble t il un des rares trucs vénères de 2016 (pourtant les ricains ont eus eux aussi une chouette année wtf)

13 ) LESCOP “echo”

Son second album de néo chanson française (en gros son grand père c’est Manset, et son père Daho) est très bien. Et cet “echo” un joli sommet qui s’écoute fort et dans le noir.

12 ) WOLFGANG VOIGT “Apodiktische Gewissheit”

Je sais pas trop ce que ça veut dire ce titre en allemand (pas simple la langue d’Angela Merguez), mais on peut faire confiance à Wolf’ : Le quinquagénaire allemand, Cologne, fondateur du label Kompakt, grand maitre de la techno ”répétitive et sobre”, spécialiste de l’ambient, fan de nature et de david Bowie, est TOUJOURS au rendez vous (un ou deux maxis par an, et un coffret de réédition de son truc new age GAS, un des plus beaux objets de l’année). Donc, là, tranquille, 16 minutes et 27 secondes d’une techno douce et langoureuse, mais terriblement hypnotique (Philippe glass meets Brian Eno, pour faire simple). Le temps de mettre la table pour le repas dominical avec les beaux-parents.

https://www.youtube.com/watch?v=MRZq42YHJJc

11 ) ROMAN FLÜGEL “Planet Zorg”

Voila donc la berceuse idéale pour grand enfant éternellement dans le tracas. Le gars est allemand, sur la map depuis 20 ans, et son album ”All the right noises” est super recommandé, lignée techno élégante qui peut impressionner vos amis (genre dans une boum ou un barbecue hip’) ou lors d’une écoute plus intime, vous rappelez comment la vie aurait pus être plus douce si vous n’aviez pas fait toutes ces erreurs :-).

10 ) YETI LANE ”Acide amer”

Tous les 8 décembre à Lyon, la Fête des lumières bat son plein : on devrait sonoriser ce bins avec uniquement cette chanson qui passerait en boucle, diffusée par des drones équipés de mini sound systems surpuissants, on éteindrait tous les machins de mapping ou autres fleurs lumineuses, hop, que des stroboscopes, et voilà, y aurait de l’ambiance, de la vraie (et une petite pensée chaleureuse pour les artisans orfèvres du label Clapping musique qui jette l’éponge fin 2016)

9 ) AFRICAINE 808 “tummy, tummy” (Auntie flo remix)

Pour essayer de supporter la lourdeur de l’époque, on peut toujours compter sur la techno : En dehors du fait qu’ils ont un nom impec’ (un peu comme si un groupe de métal s’appelait Morve, un un truc alterno Grippe aviaire), l’artiste musical Africaine 808 (en fait un duo évidemment berlinois qui a donné le nom Africaine 808 à leur bonne vieille boite à rythme, un peu comme ils donneraient un prénom sympa à leur doudou) s’est imposé sur la map ”dance music lettrée” de cette année wtf. La preuve, cette ”track” imparable ”au son unique, dont les synthétiseurs analogiques et les beats 808 sont devenus la marque de fabrique, expérimentant dans un style allant d’une cumbia lente à une disco percussive, en passant par la house.”. Ah, la version 2016, c’est un remix d’Auntie Flo, un digger à lunettes qui s’y connait. Musicalement votre.

! ) LAMBCHOP “Niv”

Quelle ritournelle étrange parfaite. Ok, on est chez les vétérans de l’indie country organique, qui ont déjà commis du très bien, mais là quel album chelou et contemporain. Et ce titre (je me demande ce que ça veut dire)nous hanteras bien longtemps encore.

7 ) RIVAL CONSOLES ”Lone”

Grand titre ”electro” d’une année perrave (le gars est anglais, disque discret, facile d’accès)

6 ) ALISTER ”je travaille pour un con”

Chanson française 2016. Y a plusieurs écoles chansons françaises, les vieilles gloires, plus ou moins en forme (Un bon album d’Higelin ou de Véro Sanson), la variète commerciale toujours là (de M.Pokora à Tal, en passant par Obispo et cie) la chanson post rap ultra moquée, les quadras-quinquas qui continuent tant bien que mal leur parcours Telerama (Murat, Miossec, Bertrand Belin, Cali, et plein d’autres), les trucs synthétiques post Daho/Berger/Chamfort (Paradis, Flavien Berger, Clea vincent…), les femmes (important, y en a beaucoup, de Zazie à Olivia Ruiz en passant par Jenifer), et des tas d’inclassables (Pain Noir, Pascal Bouaziz, Julien Gasc, etc…). Avec Alister, on reste dans la tradition (production propre, ritournelle au piano, paroles sensées légèrement dépress) qu’on peut siffloter, qui peut plaire au plus grand nombre, mais qui peut aussi totalement se cramer les ailes. Rappelons que l’homme est aussi derrière la chouette revue Schnok, que son premier album (petit fils de Dutronc, pour faire court) était super, et que son récent album ”mouvement” est bien chouette lui aussi. Le clip est léger aussi, et joli.

5 ) OREN AMBARCHI ‘’Hubris pt 1’’

Hop, 20 mn de kraut electronic hypnotique, quand le guitariste australien, un peu intello sur les bords,, annonce un album avec entre autres Arto linsay, Ricardo Villalobos, Mark Fell, Jim O’ Rourke, on craint le pire du chiantissime mais non, c’est ultra cool. ça s’écoute un peu fort mais pas trop.

4 ) ANNA MEREDITH ‘’Taken’’

Progressive pop song, ou la suite logique de la petite grande histoire de l’indie rock. La dame est anglaise, le morceau est facile d’accès, tout fresh et sautillant, mais bien plus compliqué qu’il n’y paraît. Shinny happy people 2016. L’album ”Varmints” sorti fin février 2016 chez Moshi Moshi (un des labels anglais ”pop” toujours au top) est ultra conseillé aussi.

3 ) DIVINE COMEDY ‘’To the rescue’’

So many heartbraks, so many tragédies, so many crimes. Bye bye 2016

2 ) TRISTESSE CONTEMPORAINE ‘’Let’s go »

Pas meilleur nom de groupe que celui de Tristesse contemporaine pour illustrer l’époque. Mais cette chanson est juste cool, ce qui n’est déjà pas mal.

1 ) AGORIA ‘’Up all night’’

Qu’est ce qu’on a de mieux à faire que de rester debout toute la nuit, à pleurer sur le dancefloor nos illusions perdues. Petit chef d’œuvre de mélancolie pour une année terrible qui n’en finit plus de se terminer…

0 ) PRINCE ‘’kiss’’

Au revoir…

share the love...Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedInShare on TumblrEmail this to someone

Socialize

follow radioshic on twitter follow radioshic on facebook follow radioshic on kweeper
Écrit par :

Fondateur de la plateforme sociale KWEEPER.COM / Collectionneur de musiques non-alignées / Gourmand et Gourmet / Gentrifiié par hasard et bien-pensant